Loi du 21 mars 2021 : quels changements pour la PRJ ?

Loi du 21 mars 2021 : quels changements pour la PRJ ?

Publié le : 30/03/2021 30 mars mars 03 2021

La crise sanitaire actuelle et les impératifs de confinement imposés aux entreprises ont un impact non négligeable sur la situation économique de notre pays.

Dès lors, diverses mesures ont été mises en œuvre afin de limiter, autant que possible, les conséquences dommageables subies par les entreprises. En effet, un moratoire sur les faillites a été mis en place afin de tenter de protéger les entreprises en difficulté. Par ailleurs, en juin 2020, une proposition de loi a été déposée au Parlement afin de faciliter l’accès à la PRJ aux entreprises en difficulté. C'est dans ce contexte que le 26 mars 2021, la loi du 21 mars 2021 modifiant le livre XX du Code de droit économique et le Code des impôts sur les revenus 1992 a été publiée au Moniteur Belge. 

Cette réforme amène trois modifications importantes. 

Premièrement, la procédure d’accès à la PRJ est assouplie. En effet la sollicitation de la PRJ, qui a pour but de préserver, sous contrôle du juge, la continuité de tout ou partie de l’entreprise en difficulté ou de ses activités, était conditionnée, à peine d’irrecevabilité, à la production d’un nombre important de documents à joindre à la requête. 

La réforme allège la procédure dès lors que ce nombre d’annexes est maintenant limité. Une certaine marge de manœuvre est laissée aux entreprises. Les documents visés par les articles XX.41, 5° à 9° peuvent en effet être produits après le dépôt de la requête et jusqu’à deux jours avant l’audience. S’il n’est pas possible pour l’entreprise de les produire, elle devra déposer une note circonstanciée sur les motifs pour lesquels elle est dans l’impossibilité de s’exécuter. 

Ainsi, demeurent seuls obligatoires au dépôt de la requête l’exposé des évènements, l’indication de l’objectif, l’adresse électronique ainsi que les deux derniers comptes annuels ou déclarations à l’PP, ce qui facilitera l’accès des PME à la PRJ. 

Le deuxième axe de la réforme vise à mettre en place une phase pré-PRJ confidentielle durant laquelle il va être possible de recourir à la médiation sans que la procédure ne fasse l’objet d’une publication au Moniteur belge. Le tribunal va en effet pouvoir désigner un médiateur d’entreprise, agissant comme mandataire de justice, qui peut, en toute discrétion, rencontrer certains créanciers et tenter de négocier des accords avec eux. Le médiateur peut également tenter d’obtenir un sursis de maximum de quatre mois pour l’entreprise en demandant au Tribunal des termes et/ou délais pour le paiement de tout ou partie des dettes de l’entreprise. 

Enfin, le dernier axe de la réforme vise à étendre l’exonération fiscale pour y englober les accords amiables, afin d'encourager ceux-ci. Les PRJ obtenues par décision judiciaire bénéficiaient déjà d’un avantage fiscal, ce qui n’est pas le cas des PRJ par accord à l’amiable. Dorénavant, et suite à la modification de l’article 48, alinéa du Code des impôts sur les revenus 1992, même dans le cadre d’un accord amiable, les créanciers bénéficieront d’une exonération des réductions de valeur et provisions sur créances. 

On le voit, cette réforme vise à simplifier les formalités de la PRJ. Elle a aussi pour objectif d’éviter une multiplication du nombre de faillites d’entreprises dont la continuité est fortement menacée suite à la crise du coronavirus.

Précisons toutefois que les deux premières modifications ne sont en vigueur que jusqu’au 30 juin 2021, ce qui est particulièrement court et probablement regrettable. Sauf si la situation sanitaire s'assainit de façon spectaculaire d'ici là, on pourrait imaginer que ce terme soit prolongé...  

Historique

<< < 1 2 3 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK